Eviter à l’agriculteur de revenir une nouvelle fois dans la parcelle après avoir fauché, fané, andainé et pressé est l’objectif du spécialiste américain de la presse, Vermeer. Parce que le ramassage des balles est une activité très chronophage, Vermeer a développé une solution autonome. Baptisé Bale Hawk, le robot est encore à l’état de prototype. L’engin possède un gabarit très compact qui correspond à trois balles dans le sens de la longueur.

Localisation automatique des balles

L’agriculteur dépose son robot dans la parcelle puis le laisse travailler en autonomie, après avoir déterminé les contours du champ. Un ensemble de capteurs comprend deux Lidar, dont un Velodyne, ainsi qu’une caméra, localise les balles. Cette configuration sert habituellement à détecter les obstacles autour des robots agricoles.

La balle une fois repérée est chargée au moyen de tapis à bandes. Le Bale Hawk peut embarquer jusqu’à trois balles de 1,5 m de diamètre. Une fois les balles chargées, le robot les dépose sur le lieu de stockage défini par l’agriculteur. Toutes les balles sont alignées en cordon.

Préserver le sol

Outre l’économie de main d’œuvre, Vermeer assiste sur l’avantage du robot pour la préservation du sol. En effet, cette solution autonome évite de circuler dans la parcelle avec un tracteur ou un chargeur télescopique, accompagnés d’un plateau à fourrage. Le robot pèse autour de 3 tonnes et est animé par un moteur diesel. Sa motricité est assurée par deux chenilles.

Corinne Le Gall