L’Inrae a présenté, le 25 janvier 2021, ses priorités stratégiques pour les dix prochaines années.

Cinq priorités de recherche ont été fixées, la première étant de répondre aux enjeux environnementaux et gérer les risques associés. C’est une « priorité forte » de l’Inrae, a déclaré son président-directeur général, Philippe Mauguin. Elle se décline en plusieurs métaprogrammes, dont Climae dont l’objectif est de travailler sur des scénarios pour adapter notre agriculture et nos forêts au climat futur, ou encore le programme Biosefair pour comprendre et restaurer la biodiversité.

Les quatre autres orientations scientifiques de l’Inrae sont :

  • Accélérer les transitions agroécologiques et alimentaires en tenant compte des enjeux économiques et sociaux, avec par exemple le métaprogramme européen Lima qui vise à accompagner la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires et des fertilisants, ou encore un métaprogramme sur l’agriculture biologique ;
  • Une bioéconomie basée sur une utilisation sobre et circulaire des ressources avec de la recherche sur le recyclage des plastiques, par exemple ;
  • Favoriser une approche globale de la santé, sur la base du concept « One Health » (une santé) porté par le président de la République lors du One Planet Summit, avec le métaprogramme Prezode qui a pour objectif la prévention des pandémies ;
  • Mobiliser la science des données et les technologies du numérique au service des transitions par exemple en développant des outils de télédétection capables de suivre l’évolution de l’artificialisation des sols…

Miser sur les partenariats extérieurs

Philippe Mauguin a évoqué un projet de laboratoire créé en partenariat avec Terres Inovia en Bretagne, affecté à la recherche sur la production de protéines végétales. Ce projet répond à l’une des trois orientations de politique générale de l’Inrae. Celle d’être un acteur engagé dans les sites universitaires en France et leader dans les partenariats européens et internationaux. L’organisme de recherche vise ainsi à renforcer ses partenariats académiques ou locaux.

Un budget d’un milliard d’euros

« Ces priorités stratégiques vont progressivement embarquer l’ensemble de l’activité », a déclaré Philippe Mauguin, rappelant que le budget global de l’Inrae est d’environ un milliard d’euros.

Le président de l’organisme de recherche a ajouté que sur chacun des métaprogrammes (déclinaisons au sein de chaque objectif) autour de 500 000 euros sont mobilisés en moyenne chaque année.

Marie Salset