Optimiser les technologies, les innovations mais aussi la compétitivité et des installations de méthanisation française. Telles sont les principales missions de cette plateforme qui sortira de terre à la fin de 2019. L’infrastructure, qui s’étendra sur une surface de 8 000 m², sera notamment équipée de plusieurs digesteurs de 1 à 400 m3 de volume. Elle comprendra également un laboratoire d’analyse, un moteur de cogénération ou encore un séparateur de phase. Elle vise une production électrique de 100 kW et prévoit l’emploi de 4,5 ETP directs.

Certimétha souhaite professionnaliser la filière avec la formation des professionnels, et être une vitrine des technologies de la filière. Xavier Joly, président de Biogaz Vallée, a rappelé, en citant un exemple personnel, la difficulté de recruter des personnes formées et spécialisées sur le sujet. C’est dans l’Aube, plus précisément à Chaumesnil que le projet verra le jour. Le site se trouve au cœur d’un bassin agricole riche, et qui regorge de produits divers : effluents d’élevage, CIVE, sous-produits agricoles et viticoles champenois (parcelles en appellations champagne à proximité).

Un financement varié.

Le coût total du projet s’élève à 4,895 millions d’euros. Reconnue « Projet industriel d’avenir », le projet a reçu un soutien financier de la BPI à hauteur de 2,2 millions d’euros en 2016. En 2017, une première levée de fonds a été réalisée, collectant ainsi 620 000 € auprès de 8 actionnaires. La communauté de commune de Vendeuvre-Soulaines, qui accueillera la plateforme, soutient également le projet à hauteur de 250 000 €. CertiMétha souhaite commencer les travaux au début de 2019, et envisage une mise en route pour la fin de la même année.

P. Peeters