Par un règlement du 11 mars 2014, paru jeudi au Journal officiel de l'Union européenne, la Commission précise les règles d'utilisation de la mention « Produit de montagne ». Le règlement entre en vigueur le 26 juin.

Produits animaux – Le lait et les oeufs doivent être produits en zone de montagne. Pour la viande, les animaux doivent avoir passé au moins les deux tiers de leur vie en zone de montagne. Au moins la moitié de l'alimentation doit être produite en zone de montagne, le minimum étant porté à 60 % pour les ruminants. Pour les porcs, une dérogation abaisse le seuil à 25 % de l'alimentation. Ces critères d'alimentation s'appliquent naturellement pendant la période d'élevage qui se passe en zone de montagne. Les animaux pratiquant la transhumance doivent passer au moins un quart de leur vie en zone de montagne pour avoir droit à la mention.

• Les produits végétaux peuvent avoir la mention s'ils sont cultivés en zone de montagne.

• Les produits transformés peuvent contenir certains ingrédients non issus de zone de montagne (sel, sucre, herbes aromatiques...), à condition qu'ils ne représentent pas plus de plus de la moitié du poids total des ingrédients. Les produits doivent en principe être transformés en zone de montagne, mais une dérogation est introduite pour la transformation du lait, l'abattage-découpe du bétail et le pressage des olives : ces opérations peuvent avoir lieu dans un rayon de 30 km autour de la montagne concernée. Toutefois, pour éviter des délocalisations d'entreprises laitières hors des zones de montagne, cette dérogation n'est valable que pour les installations laitières déjà implantées au 3 janvier 2013. De plus, les Etats membres peuvent introduire des restrictions à cette dérogation.

• Le miel peut être considéré « de montagne » s'il a été produit en zone de montagne, même si le sucre utilisé pour nourrir les abeilles ne vient pas d'une zone de montagne.

B.L.