« Des négociations épouvantables », qui se sont déroulées dans un « climat violent » : les industriels laitiers ne mâchent pas leurs mots pour qualifier leurs discussions commerciales avec les distributeurs, conclues à la fin de février 2010. Une part d'esbroufe, un jeu convenu qui accompagne toute négociation ? Sans doute. Mais pas seulement.

Cette année, la plupart des industriels ont dû concéder des baisses sur les prix des produits à la sortie d'usine ou, au mieux, leur reconduction, face aux centrales d'achat. Avec de tels résultats, le deuxième trimestre s'annonce difficile pour le prix du lait à la production.

Face à la menace, la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) revient aux bases du combat syndical. « Les indicateurs montrent une amélioration du marché. L'accord du 3 juin 2009 doit s'appliquer, martèle Gilles Psalmon, son directeur. Notre problème, ce ne sont pas les écarts de compétitivité entre industriels. Notre problème, c'est le revenu des producteurs. Vivre avec 750 € par mois, ce qu'ils ont eu en 2009, ce n'est pas tenable. »

Hausse d'environ 5,5 %

Selon l'accord, les producteurs pourraient réclamer une hausse d'environ 5,5 % (soit 15 €/1.000 l) au deuxième trimestre par rapport à l'an dernier, sur la base d'une grille de prix récrite. Le prix du lait tournerait alors autour de 250 €/1.000 l (1), soit 30 € de plus qu'en 2009. Sur l'ensemble de l'année 2010, l'objectif de la FNPL serait d'atteindre de 290 à 300 €/1.000 l en prix de base moyen, à peu près ce qui a été obtenu en 2009.

Seulement, cette posture sera difficilement tenable face à des industriels qui ne jurent que par l'écart de compétitivité avec l'Allemagne. « On ne peut pas rester décalé par rapport à l'Allemagne sur le lait de consommation, l'emmental et les produits industriels, explique Jehan Moreau, directeur de la Fédération nationale des industries laitières. Il est hors de question pour les transformateurs de revivre 2009. »

Le prix du lait en France était resté largement supérieur à celui outre-Rhin, ce qui avait valu aux industriels de perdre des marchés. De plus, alors que la fin de l'année 2009 laissait espérer une nette reprise, un début de 2010 laborieux a douché l'optimisme, malgré la bonne orientation des marchés mondiaux. La tentation est grande de dénoncer l'accord sur le prix du lait. Auquel cas c'est l'interprofession entière qui risque l'implosion. Les industriels oseront-ils enflammer l'allumette ?

_____ 

(1) Valeur indicative. En réalité, les prix diffèrent d'une région à l'autre.

Lire également :

Lait : « Le Maire doit bloquer la hausse de quota » (Confédération paysanne) (VIDEO) (18 mars 2010)

Prix du lait : Pas d'accord national sur les indices de tendance du marché pour le second trimestre (VIDEO)  (18 mars 2010)

Lait : les autorités européennes de la concurrence font le point sur le pouvoir de négociation des producteurs (18 mars 2010)

E.C.