Les producteurs du lait maintenaient la pression, vendredi, envers les industriels qui ne veulent pas appliquer, pour le deuxième trimestre de cette année, l'accord sur l'évolution du prix du lait du 3 juin 2009. Bruno Le Maire doit réunir les représentants de l'interprofession, mardi prochain, pour tenter de trouver une solution.

Des agriculteurs du Pas-de-Calais, de l'Eure et de la Seine-Maritime ont appelé vendredi les consommateurs à « boycotter » les produits des marques Président et Lactel, accusant le groupe Lactalis de ne pas suffisamment payer les producteurs laitiers.

« Les éleveurs travaillent pour rien et les actionnaires s'enrichissent encore plus », ont dénoncé dans des communiqués plusieurs organisations agricoles, dont l'Association départementale des producteurs de lait du Pas-de-Calais (ADPL), l'Union syndicale agricole (Usa) de Seine-Maritime et la FDSEA de l'Eure.

« Les consommateurs doivent donc réagir immédiatement et boycotter les produits des marques Président et Lactel qui allègent tout : le revenu des producteurs et le porte-monnaie des consommateurs », estiment-ils.

« Cela s'appelle du chantage, c'est tout », a réagi un porte-parole de Lactalis. « On n'a pas commencé à négocier sur le prix du lait, il y a des réunions [...] la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) refuse de négocier », a-t-il déclaré.

« C'est tout à fait étonnant, on est dans un pays où la liberté de commerce semble ne pas être quelque chose de normal », a poursuivi ce porte-parole. « On va faire valoir nos droits, [...] demander à la justice de prendre les mesures pour faire respecter la liberté du commerce », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, une vingtaine de producteurs laitiers de l'Oise ont bloqué pendant deux heures jeudi soir une laiterie Lactel à Clermont, selon un responsable local de la FDSEA.

« Les représentants des producteurs de lait du Massif central sont sortis très mécontents de la réunion de l'interprofession régionale chargée d'examiner le prix du lait payé aux producteurs pour le deuxième trimestre de 2010 », selon un communiqué de la FRSEA, publié, vendredi.

« Alors que le collège des producteurs demandait l'application de l'accord interprofessionnel du 3 juin 2009 qui devait se traduire par un redressement du prix payé aux agriculteurs, il n'a pu que constater le refus de certaines entreprises privées d'appliquer les termes de cet accord », poursuit l'organisation syndicale.

« C'est pourquoi les responsables invitent les producteurs à exiger que leur laiterie applique l'accord et qu'il fasse part de leur mécontentement aux pouvoirs publics qui se sont portés garants de celui-ci », ajoute la FRSEA.

« Certains industriels semblent décidément déterminés à plomber le démarrage de la prochaine campagne laitière », a quant à lui déploré le syndicat national Jeunes Agriculteurs.

Il « exige que les indices de tendance à la hausse pour le second trimestre soient appliqués par les industriels privés » et « demande à son réseau de se mobiliser contre les entreprises qui ont affiché leur intention de ne pas respecter au moins la hausse des prix découlant des indicateurs issus de l'accord du 3 juin ».

« Les agriculteurs ne peuvent pas être la variable d'ajustement permanente de la filière », affirment les JA.

Lire également :

Marché européen du lait : l'EMB présente son concept « global » pour l'avenir (26 mars 2010 )

Lait/UE : le Copa-Cogeca demande de renforcer la position des producteurs dans la filière (26 mars 2010 )

Lait/UE : Dacian Ciolos promet des mesures d'ici à la fin de 2010 (26 mars 2010)

Prix du lait : la FNPL durcit le ton et appelle à des actions

• Prix du lait : Bruno Le Maire réunit l'interprofession mardi

Lactalis/Lait : FDSEA et JA poursuivis en référé pour prévenir de futurs blocages

Prix du lait : Lactalis demande de « vraies négociations » sur les « indicateurs de compétitivité »