« À ce jour, toutes les OP ont entamé les négociations sur les accords-cadres avec les laiteries concernées », signalait Jehan Moreau, directeur de la Fédération nationale des industries laitières (Fnil), à la fin de mars. Mais depuis, c’est le calme plat.

Des négociations qui durent

D’après un communiqué publié par l’OP Sill Malo le 3 septembre 2019, faisant « suite au dépôt de la proposition d’accord-cadre auprès de Sill Entreprises le 22 février dernier, il aura fallu attendre trois mois et la saisie du médiateur des relations commerciales avant qu’une première réunion ait lieu ».

En cause, un manque de visibilité de la laiterie sur ses futurs engagements, mais aussi, et surtout, « un grand désaccord au niveau de la formule de prix. » L’OP attend désormais que ses sollicitations pour une nouvelle rencontre aboutissent et qu’à « cette occasion, la laiterie propose une contreproposition cohérente à la hauteur du travail fourni par ses producteurs. »

Savencia et Lactalis aussi

Peu d’évolutions également entre l’OP Sunlait, Association des organisations de producteurs de lait de vache livrant à Savencia, et Savencia. Le remplacement du précédent accord signé en 2012 piétine. « Une proposition d’accord-cadre a été déposée en mars dernier », indique Denis Berranger, président de Sunlait.

« Les négociations sont toujours en cours mais le recours à la médiation n’a pas été nécessaire », ajoute-t-il. L’OP défend notamment la prise en compte des coûts de production, « via de multiples indicateurs économiques afin d’aboutir à une proposition correcte », sur la rémunération des volumes valorisés sur le marché intérieur.

Du côté de l’Unell, Union nationale des éleveurs livreurs à Lactalis, « une médiation est en cours », confie simplement Claude Bonnet, le président de l’OP.

A. Courty