Faisant suite à une rencontre le 30 juin dernier, les Fromageries Bel et l’Association des producteurs Bel de l’Ouest (APBO) ont convenu d’un prix du lait de 275 €/1 000 l pour le troisième trimestre. C’est peu. Mais c’est plus que ce que les calculs de prix contractualisés indiquent, semble-t-il.

« Les formules de calcul amènent un prix de référence contractuel de 237,27 €/1 000 l pour le mois de juillet et est estimé du même ordre pour les deux mois suivants, expliquent Bel et l’APBO dans un communiqué commun. Conscient que ce montant n’est pas applicable en l’état, FBPF propose de le monter à 275 €/1 000 l, incluant 3,60 €/1 000 l de restitution des pénalités contractuelles de 2015-16. »

Pas d’engagement sur les prix au quatrième trimestre

Ce prix vaut pour juillet, août et septembre, et pour les volumes contractuels initiaux comme pour les volumes additionnels. En revanche, les primes de saisonnalité sont neutralisées (c’est le cas depuis janvier).

Par ailleurs, Bel « s’engage à appliquer sur le prix moyen annuel contractuel, une majoration d’un minimum de 10 €/1 000 l ».

En revanche, l’industriel n’a pas souhaité s’engager sur les prix au quatrième trimestre. Il n’a donc pas donné suite à une demande de l’APBO de fixer un prix annuel afin de lisser les prix du dernier semestre et de donner « plus de lisibilité » aux éleveurs.

E.C.