Le Modef demande «d'urgence» la tenue d'un grenelle des prix avec l'ensemble des organisations syndicales et professionnelles.

«La baisse des prix à la production de la viande bovine, ovine, les méventes en fruits et légumes, la crise de la viticulture doivent être réglées favorablement de toute urgence», explique le syndicat qui propose la mise en place d'un «coefficient multiplicateur généralisé dans toutes les productions» (céréales, viticulture, élevage, lait, fruits et légumes).

«Celui-ci permettrait d'augmenter les prix à la production sans qu'il y ait de répercussions à la consommation, de rééquilibrer la valeur ajoutée au niveau des intermédiaires, c'est cela l'économie équitable», argumente le Modef.

«Alors que l'on cherche à opposer producteurs et consommateurs, un débat transversal doit avoir lieu afin de créer un rapport de force permettant de mettre l'Etat, les centrales d'achat, l'industrie agroalimentaire devant leurs responsabilités, poursuit le syndicat. L'économie équitable ne doit pas être une incantation, mais une réalité bien vivante».