Publiée ce 8 août 2019, la nouvelle carte prend en compte les températures relevées depuis le 25 juillet. « En condition d’alimentation en eau proche de la normale, les premières récoltes auront lieu avant le 20 août », informe Arvalis.

© Arvalis

Pour les parcelles ayant souffert de stress hydrique, la récolte a déjà commencé. Le diagnostic de ces surfaces reste toujours d’actualité. Trois grilles d’évaluation, élaborées par l’Institut, publiées le 7 août constituent une précieuse aide à la décision.

Observer ses parcelles

Dans tous les cas la visite des parcelles est plus que jamais une étape primordiale. Celle-ci doit se faire trois à quatre semaines après la floraison femelle. « À l’apparition de la lentille vitreuse (1) sur la majorité des grains, on se situe autour de 25 à 26 % de matière sèche plante entière pour des maïs à bon gabarit, encore bien verts, détaille Arvalis. On sera autour de 27-29 % de matière sèche pour un maïs de gabarit moyen, avec des feuilles qui commencent à se dessécher. À partir de ce stade, il faut en moyenne 150 degrés-jours, base 6-30 °C, pour atteindre le stade optimal pour la récolte d’un fourrage à 32-33 % de matière sèche plante entière. Cela correspond à une durée de 15 à 25 jours, selon la région et les conditions climatiques. »

M.-F. M.

(1) dépression au sommet du grain sur les variétés dentées.