« La gestion des populations d’ours dans l’Ariège est indispensable, souligne Nicolas Girod, secrétaire national de la Confédération paysanne. Nous avons obtenu de l’Administration la mise en place d’un groupe national ours dans le département dès la première quinzaine de décembre. »

Les militants exigent la baisse de la pression de prédation de l’ours sur les estives. « Le prédateur a fait 1 200 victimes, rappellent-ils. La question de la concertation des ours et des dégâts reste entière.

Peut-être faut-il déplacer quelques ours, suggère Nicolas Girod. En tout cas, des solutions doivent être mises en place pour répondre à la détresse des éleveurs et des bergers. »

Deux rendez-vous pour parler du plan loup

Idem pour les problèmes liés à la prédation du loup, alors que le plan 2018-2023 doit être présenté la semaine prochaine. « Nous avons obtenu un rendez-vous avec le ministère de la Transition écologique et Solidaire le 8 décembre pour faire le point sur le sujet. La veille, nous rencontrerons Édouard Philippe et Stéphane Travert. »

M.-F.M.