La pression de la prédation continue. « Elle impacte de nouveaux territoires et de nouveaux éleveurs alors que le harcèlement continue dans les zones historiques », souligne Patrick Bénézit, dans un communiqué du 12 septembre 2019.

Si 90 loups ont été prélevés depuis le début de l’année, les éleveurs doivent pouvoir continuer à défendre leur troupeau « dans le cadre de tirs de défense mixte, renforcée et de tirs de prélèvement simple et renforcée », estime le syndicat, considérant que l’arrêté du 26 juillet le permet. Patrick Bénézit compte « sur la promptitude » du préfet à répondre aux besoins des éleveurs.

Les dernières données officielles (*) sur les dommages recensaient 1 028 attaques et 3 427 victimes depuis le 1er janvier pour la France entière.

Marie-France Malterre

(*) Source DDT(M)-Dreal Auvergne-Rhône-Alpes, au 31 juillet.