«Les rats taupiers qui creusent des galeries de 100 à 200 mètres ont la part belle lorsqu'ils disposent des galeries des taupes, plus larges et longues de 2 km! Je parviens à maintenir un très faible taux d'infestation sur mes 114 hectares de prairies grâce à une lutte tenace contre ces deux espèces nuisibles depuis plusieurs années», résume Laurent Mège, qui préside le groupement de défense sur sa commune à Tortebesse (Puy-de-Dôme).

Son exploitation est aussi l'une des quatre fermes de références mises en place dans le Puy-de-Dôme en juin dernier par la Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles (Fredon) et la chambre d'agriculture.

«Il est en effet important d'intervenir rapidement et collectivement dès les premiers signes d'infestation par le campagnol terrestre ou la taupe, insiste Corinne Martins, de la Fredon. L'automne est une saison propice à la destruction des galeries creusées par les taupes. Plusieurs moyens sont possibles comme l'intensification du pâturage ou une lutte directe par piégeage, par empoisonnement à l'alphachloralose ou par gazage au PH3. Nous préconisons également un broyage des refus qui constituent des refuges pour les campagnols.»

La destruction des campagnols avec des appâts empoisonnés est aussi très efficace à l'automne car à cette époque l'animal constitue ses réserves.

«Les zones herbagères de moyenne altitude sont les plus prisées par les campagnols, souligne quant à lui Christophe Chabalier, à la FDGedon du Cantal. Nous avons un gros foyer d'infestation depuis ce printemps sur les communes limitrophes de l'Aveyron. Les dégâts causés aux prairies et à la production fourragère ainsi que les incidences sur les troupeaux génèrent des pertes financières très importantes pour les éleveurs.»

Les régions d'Auvergne et de Franche-Comté, fortement touchées, ont décidé d'unir leurs moyens de communication sur le sujet. Un bulletin interorganismes de défense doit être publié cet automne et un site internet d'informations sur le campagnol terrestre créé à la fin de 2008.

M.R.