Le port de Rouen a enregistré en 2011 un trafic maritime de 25,4 millions de tonnes (Mt), en recul de 4,8 %. L'explication tient en partie à la diminution des exportations de céréales (-16,8 %, à 7,5 Mt), pour lesquelles Rouen occupe la première place en Europe.

Bien qu'en repli par rapport à l'année précédente, le tonnage traité en 2011 est le deuxième le plus important dans l'histoire du cinquième port français après le record établi en 2010, à 26,7 Mt (dont 9 Mt de céréales).

En 2011, le trafic céréalier recule de 16,8 %, à 7,5 millions de tonnes, à la suite du retour de la Russie et de l'Ukraine sur le marché mondial après une éclipse en 2010.

Premier trafic du port en volume, les produits pétroliers raffinés se sont inscrits à la baisse (-5,3 %, à 9,2 Mt). Les autres vracs solides (granulats, tourteaux de colza, oléagineux...), tout comme les autres vracs liquides (engrais...), ont enregistré, respectivement, une hausse de 16 % (à 3,6 Mt) et de 7,4 % (à 3,0 Mt).

Les marchandises diverses se sont inscrites en progression, à 2,1 Mt (+2,3 %). Dans ce domaine, les produits forestiers et papetiers se sont distingués (+6,9 %) alors que les conteneurs ont reculé (-4,1 %), tout comme les farines et les sucres en sacs (-10 %).

Le jeudi 19 janvier 2012, les ports de Paris, Rouen et Le Havre doivent annoncer leur organisation commune dans le cadre d'un groupement d'intérêt économique (GIE) de l'axe Seine, qui concernera notamment le trafic fluvial, indique un porte-parole du port de Rouen.

Lire également :