« Notre objectif est double, garantir chaque année le niveau de qualité exigé par nos clients habituels comme l’Égypte, l’Algérie et le Maroc et partir à la conquête de nouveaux marchés comme l’Iran, la Libye ou les pays de l’Afrique de l’Ouest », explique Laurent Bué, président de la Sica.

Celle-ci dispose d’une capacité de stockage sur le port de 330 000 tonnes et regroupe l’ensemble des coopératives et négociants des Hauts-de-France, Acolyance et Vivescia en Champagne-Ardenne, ainsi que des traders internationaux.

Avec 3,2 millions tonnes de céréales exportées en 2015-2016, le port de Dunkerque est le deuxième silo portuaire de France, après Rouen (8 Mt).

« En 2016-2017, nos volumes exportés sont redescendus à 1,2 Mt, faute de volumes et de qualité, souligne Joël Ratel, directeur général de Nord Céréales. Nous sommes capables d’exporter des blés de qualité meunière en provenance de notre “hinterland”, mais notre tas de blé régional n’est pas tous les ans à la hauteur des attentes de nos clients. Nous souhaitons par cette démarche améliorer le taux de protéines mais aussi l’ensemble des autres critères. »

Une démarche qualifiée d’exemplaire

Avec l’appui du pôle d’excellence de la Région des Hauts-de-France, Agroé, Nord Céréales a mobilisé ses partenaires, des semenciers ou bien encore Arvalis, autour de trois groupes de travail. Leur réflexion a abouti à la signature, le 30 juin dernier, de la « démarche qualité régionale : objectif export ».

Concrètement, l’engagement repose sur une communication à destination des agriculteurs et du personnel des silos des organismes-stockeurs, sur la mise en place d’un indice synthétique pour le choix des variétés et de conseils de fertilisation mieux adaptés, et sur une amélioration de l’allotement à la réception des céréales dans les silos des OS.

« Cette démarche destinée à répondre aux débouchés des clients, est unique en France, elle est exemplaire », a salué Benoît Masure, chargé de mission à la Draaf Hauts-de-France, impliqué dans le projet.

Blandine Cailliez