Production. En août, les abattages de porcins sont en léger repli en têtes (–0,7 % en glissement annuel), mais quasi stables en poids, en glissement annuel. Sur les sept premiers mois de l’année, ils se réduisent de près de 4 % en têtes comme en poids. Sur cette même période, la production recule de 4,5 % en poids par rapport à la même période de 2016.

Commerce extérieur. En juillet, les exportations de viande porcine se rétractent de 14 % en glissement annuel, soit 6 700 tonnes-équivalent carcasse (tec) de moins. La situation est contrastée selon la destination : 500 tec de plus vers l’Union européenne et 7 200 tec de moins vers les pays tiers. Le repli vers la Chine (–6 600 tec) explique en grande partie cette baisse. Les volumes vers ce pays sont même réduits de 700 tec par rapport à juillet 2015.

Les importations reculent quant à elles de 3,4 % (soit 1 600 tec de moins). La plus forte baisse concerne l’Espagne (–2 900 tec). Le solde du commerce extérieur en volume reste négatif (–5 500 tec).

Cours. En août, le prix moyen du porc charcutier classe E + S se rétracte de nouveau par rapport à juillet. Il rejoint le niveau d’août 2016 et se replie de près de 3 % par rapport à la moyenne quinquennale 2012-2016. « Ce léger recul s’inscrit dans un contexte de repli des exportations, notamment vers la Chine », explique Agreste.

De son côté, le prix de l’aliment (indice Ipampa) de juillet progresse de près de 2 % en un an. Il est cependant en repli de 10 % par rapport à la moyenne quinquennale 2012-2016.