« Comment peut-on trouver des épaules de porc français à 1,28 €/kg chez Leclerc ou à 1,49 €/kg chez Intermarché, quand les éleveurs sont à peine payés à ce prix-là en sortie d’élevage ? Comment rémunérer toute la filière dans ces conditions ? Quid de la création de valeur prônée lors des États-généraux de l’agriculture ? » s’interroge le syndicat.

« Avec de tels comportements, difficile de croire que le coût de production des éleveurs sera un jour pris en compte, estime la FNP. Nous redoutons l’issue des négociations commerciales actuellement en cours et interpellons le gouvernement quant au respect des engagements pris lors des EGA. »

Malgré la signature « en grande pompe de la “charte d’engagement pour une relance de la création de valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires françaises” par tous les acteurs des filières agroalimentaires, le 14 novembre dernier, « les promotions de janvier en viande porcine dévoilent déjà les vrais visages de certains ».