La Coordination rurale (CR) a évoqué mercredi son inquiétude face au déséquilibre entre le cours du porc et celui des céréales.

« Depuis plusieurs années, le prix de vente du porc à la production ne permet plus de couvrir l'ensemble des charges, ni de rémunérer le travail des éleveurs », déclare-t-elle dans un communiqué. Le syndicat rappelle que le tarif du tourteau de soja atteint plus de 550 €/t, et que les cours des céréales augmentent compte tenu de la faiblesse des stocks. Il estime que cette hausse « se répercute automatiquement sur le prix de l'alimentation animale, ce qui pèse lourd dans les charges, car le coût alimentaire représente plus de 60 % du coût de production ».

La Coordination rurale s'inquiète des difficultés à investir dans les mises aux normes obligatoires exigées au 1er janvier 2013. « Le prix du porc reste bloqué à 1,43 €/kg alors qu'il faudrait une hausse d'au moins 15 à 20 centimes de plus pour retrouver un minimum de rentabilité », précise le syndicat.

Pour la CR, la seule solution reste d'augmenter le prix du porc à la production en fonction de celui des matières premières agricoles. Elle affirme que cela aura peu d'impact sur le consommateur car « selon l'Observatoire de la formation des prix et des marges, dans le panier alimentaire de la ménagère, 8 % seulement revient à l'agriculteur ».

Lire également :