Face à l'augmentation du prix de l'alimentation animale, Coop de France bétail et vande estime que «l'avenir de la filière porcine nécessite que le prix de vente soit ajusté à la hausse du coût de production». Dans un communiqué diffusé vendredi, l'organisation appelle donc «tous les opérateurs de la filière porcine, la distribution incluse, à intégrer cette nouvelle réalité afin de procéder aux ajustements de prix nécessaires».

Selon les simulations de l'Ifip (Institut du porc), le prix de l'aliment pour porc charcutier devrait passer de 158 €/tonne en 2006 à 208 €/tonne lors de la campagne 2007/2008 et le coût de revient du porc évoluerait de 1,25 €/kg à 1,45 €/kg. De son côté, le CRP (comité régional porcin) Bretagne rappelle, vendredi dans un communiqué, que le prix moyen au MPB (marché du porc breton) s'est établi à 1,223 € en 2006 et que depuis le début de 2007, il est à 1,09 €, en baisse de 11% par rapport à la même période de 2006.

«Dans ce contexte général d'effet de ciseau entre une inflation du prix des matières premières, d'une part, et de pression grandissante de la distribution sur les opérateurs, d'autre part, les trésoreries se tendent chez les éleveurs», explique le CRP Bretagne.

Pourtant, estime Coop de France bétail et viande, une augmentation de 5 à 10% du prix à la consommation sur les produits finis issus du porc «ne devrait avoir qu'une incidence limitée sur le budget des ménages, les dépenses alimentaires ne représentant que 12% et les produits carnés seulement 3% de leur budget total».