L'Union européenne a menacé jeudi de saisir l'Organisation mondiale du commerce (OMC) au sujet de l'embargo russe. Imposé par la Russie depuis janvier sur le porc européen après qu'un cas de fièvre porcine africaine ait été révélé en Lituanie, la fermeture du marché perdure, alimenté par des tensions politiques.

Bruxelles propose que seules les exportations des régions concernées par la maladie soient suspendues, conformément aux règles de l'Organisation mondiale du commerce. La procédure risque toutefois d'être longue, de un an à un an et demi.

La Russie absorbe un quart des exportations européennes, principalement des Pays-Bas, de l'Allemagne et du Danemark, pour une valeur totale annuelle de 1,4 milliard d'euros. Quelque 7 millions d'euros ont été débloqués par l'Union européenne en soutien aux mesures vétérinaires de prévention, et en accompagnement des éleveurs des pays les plus frappés par l'embargo russe : la Pologne et les trois pays baltes.

La Commission met aussi l'accent sur la nécessité de cohésion des Etats membres alors que février la France, le Danemark, les Pays-Bas et l'Italie avaient émis avec Moscou l'hypothèse d'un règlement séparé.