« Au 1er juillet 2019, la production française de pommes en 2019 est estimée en augmentation sur un an (+5 %) », précise le ministère dans sa dernière note de conjoncture. Au total, l’Hexagone devrait produire 1 518 600 tonnes de pommes. Mais un doute subsiste : quels ont été les effets de la canicule ?

Les effets des fortes températures du début de l’été, précise le ministère, « n’ont pas pu être évalués au 1er juillet ». Pour l’heure, les experts misent sur une récolte en baisse dans le Val de Loire et une très forte hausse en Nouvelle-Aquitaine, mais tout n’est pas encore joué.

Du côté de la commercialisation, le chiffre d’affaires de la pomme recule de 5 % sur un an, « se situant à 2 % au-dessus de la moyenne sur 5 ans », écrit le ministère. Une baisse expliquée par une récolte particulièrement faible, et des fortes récoltes dans les pays de l’est de l’Europe. « La gala, variété phare à l’exportation, est particulièrement affectée », déplore le ministère.

Ivan Logvenoff