Selon les chiffres publiés le 20 mars par le ministère de l’Agriculture, à la fin de février 2019, les stocks de pommes sont inférieurs de 1 % à ceux de 2018 et de 10 % à la moyenne de 2014 à 2018. Cette baisse s’inscrit dans un contexte où les récoltes françaises ont diminué de 4 % sur un an et de 10 % par rapport à la moyenne des quatre dernières années.

Stocks de pommes. © Agreste

Les prix moyens de la pomme sur les sept premiers mois de la campagne de 2018-2019 se situent au-dessus des cours moyens de 2013 à 2017. Après une baisse en début de campagne, les cours se stabilisent au début de 2019. Les ventes ont été ralenties par la concurrence des agrumes d’Espagne et les mouvements sociaux qui ont affecté les transports.

Prix de la pomme. © Agreste

La variété Gala très affectée

Selon le ministère de l’Agriculture, les exportations vers l’Union européenne, d’août 2018 à janvier 2019, chute sur un an. Elles sont inférieures de 34 % à la moyenne de 2014 à 2018, en raison notamment d’une concurrence de la Pologne, de l’Italie, des Pays-Bas et de l’Allemagne. Cela concerne en premier lieu la variété Gala dont les cours fléchissent par ailleurs. La Pologne, quant à elle, enregistre une récolte record.

Le constat est le même vis-à-vis des pays tiers, vers lesquels les exportations diminuent, particulièrement au Proche- et Moyen-Orient.

R.H.