L'UNPT (Union nationale des producteurs de pommes de terre) a indiqué jeudi, à l'occasion de son huitième congrès, que la campagne en cours redonne le moral aux producteurs et à l'ensemble de la filière.

Les prix sont à la hausse, de plus la consommation des ménages en pommes de terre fraîches augmente légèrement. Seules quelques promotions déconnectées du marché sont venues assombrir ce bon début de campagne. Patrick Trillon, président de l'UNPT, rappelle ainisi que « la pomme de terre à prix correct reste un produit populaire accessible à tous ».

La campagne 2009/2010 s'est déroulée dans des conditions climatiques qui ont permis de réaliser de bons rendements de pommes de terre féculières, dans des conditions de conservation satisfaisantes.

En revanche, les producteurs de pommes de terre féculières ont rappelé que l'application du bilan de santé de la Pac sur leur filière aboutirait à partir de la campagne 2012/2013, à la suppression des contingents par pays et par usine, à celle d'un prix minimal garanti, à la suppression des aides directes au producteur et à l'industriel, à la suppression des subventions à l'exportation, à celle de l'obligation des contractualisation...

L'UNPT demande donc à la Commission européenne de permettre la mise en place d'un système d'aides couplées lorsque le marché de la fécule l'exige. « 600 €/ha sont nécessaires dès 2012 pour assurer la pérennité de la filière jusqu'à la nouvelle Pac, estiment les producteurs. Ne rien faire aujourd'hui, c'est notamment promouvoir la production de fécule de pommes de terre chinoises, faciliter l'importation de fécule de manioc et aussi diminuer l'emploi dans l'agriculture et l'industrie. Mais le véritable enjeu des discussions actuelles est de positionner la fécule européenne sur le marché mondial de la chimie du végétal. »

Sur la LMA (loi de modernisation de l'agriculture) et le projet de contractualisation, l'UNPT a notamment insisté pour qu'un travail avec la grande distribution soit mené afin que chaque enseigne s'engage sur un niveau de contractualisation en volume.

C.F.