En visite pendant près de trois heures au Salon de l'agriculture, mercredi, Martine Aubry a plaidé pour une « agriculture de proximité » et une « juste » rémunération des paysans, à 14 mois de la présidentielle pour laquelle travaille la première secrétaire du PS.

Accueillie à son arrivée peu après 9h00 par une vache parthenaise du Poitou-Charentes (la région de Ségolène Royal), la patronne du PS a, devant une foule de caméras et de photographes, a souligné que « les produits agricoles n'étaient pas des produits comme les autres ».

« Il ne faut pas les laisser dans la concurrence, sans règles, or aujourd'hui toutes les règles ont été peu à peu éliminées, je pense aux quotas laitiers, aux stocks alimentaires nécessaires pour réguler les prix et les revenus des agriculteurs », a-t-elle ajouté.

« Il faut des règles », et « si on veut produire durable, il faut avoir une agriculture de proximité » et « de qualité », a-t-elle affirmé, souhaitant que l'agriculture « puisse s'installer partout, y compris autour de nos villes ».

Mais « pour cela, a-t-elle argué, il faut accompagner les agriculteurs » qui ne « demandent pas d'assistance » mais simplement « que leur travail soit rémunéré à leur juste valeur » alors qu' « ils sont pris entre l'augmentation des matières premières (...) et la grande distribution ».

Rappelant qu'il y a eu « 400 suicides en un an », elle a déploré qu'« on abandonne aujourd'hui les agriculteurs alors que tout le monde en a besoin ».

L'occasion aussi, pour celle qui visite « chaque année » le salon, de rappeler ses racines paysannes.

« Comme beaucoup de Français, mes grand-parents des deux côtés étaient d'une famille de paysans, c'est quelque chose que j'ai au fond de moi », a-t-elle fait valoir, avant d'entamer sa visite, de sourires en bises aux enfants et photos avec les plus grands.