C'est décidément une mauvaise année pour le pois. Non seulement la quantité n'est pas au rendez-vous à cause de la baisse des surfaces, mais les conditions climatiques, en plus de pénaliser le rendement, ont aussi dégradé la qualité.

Selon l'Unip, la teneur en protéines moyenne de la récolte de 2007 ne s'élève qu'à 22,6%, bien en dessous des 23,8% de l'an dernier et des 23,9% stipulés dans les tables de l'Inra. Si la sécheresse du printemps est responsable de cette contre-performance, ce sont au contraire les pluies tardives qui expliquent l'autre aspect préoccupant de la collecte de 2007: une humidité de 14,9%, soit l'une des récoltes les plus humides de ces dix dernières années, d'après l'Unip.

Les grains splittés sont aussi en grande augmentation pour la production française: 97% des lots en contiennent, et 80% des lots en présentent plus de 1% (contre 25% en 2006). Là encore, la météorologie pluvieuse de fin de cycle explique ce constat, en raison du retard pris par les chantiers de récolte.

Les conditions climatiques, propices aux maladies, se sont de plus traduits par l'apparition de taches (plus de 30% des lots sont constitués de plus de 1% de grains tachés), et la verse fréquente a favorisé la présence d'impuretés (2% de lots propres seulement).

Seuls points positifs relevés par l'institut technique: l'absence de problème de germination des graines et peu de dégâts d'insectes.

Téléchargez lesRésultats de l'enquête qualité Pois 2007 (370.55 Ko).

G.O.