La persistance des pluies favorise les maladies du pois, avec au premier rang l'anthracnose et le botrytis.

Si la lutte contre l'anthracnose est relativement simple avec des produits à base de chlorothalonil chaque quinzaine depuis le début de la floraison, il en va autrement pour le botrytis.

Cette maladie, qui apparaît lors des printemps humides et peut coûter 10 à 15 q/ha, ne peut être combattue qu'avec des spécialités de haut de gamme plus coûteuses à base d'azoxystrobine, flutriafol, etc.