La Confédération paysanne occupe depuis deux semaines la Maison du lait, « pour obtenir une juste représentation » au sein de l'interprofession laitière « de l'ensemble des producteurs qui y cotisent ». « Au-delà de cette demande, c'est toute la question du pluralisme syndical en agriculture qui est posée », a-t-elle souligné, mardi, dans un communiqué.

Elle « demande aux élus, députés, sénateurs, conseillers régionaux, conseillers généraux, maires, de téléphoner au ministre de l'Agriculture pour qu'il débloque la situation inextricable sur laquelle il porte lui-même une importante responsabilité », poursuit le syndicat.

Par ailleurs, elle lance une campagne pour contester les cotisations volontaires obligatoires (CVO) et « demande à tous les agriculteurs, qui reconnaissent l'importance du pluralisme pour mieux défendre le revenu des paysans, de participer à cette campagne ».

Les pouvoirs publics « jouent un rôle central en faisant appliquer à tous les paysans les décisions de l'interprofession dont les prélèvements de CVO » et simultanément le ministre de l'Agriculture « laisse le libre choix à la seule FNSEA, évidemment peu encline à ouvrir l'espace », de décider de la représentation des producteurs, déplore la Confédération paysanne.

« Lors des débats sur la loi de modernisation de l'agriculture, le ministre, les rapporteurs de la loi à l'Assemblée nationale et au Sénat avaient pris position pour des interprofessions pluralistes », rappelle-t-elle.

Lire également :