Un peu plus de trois mois après une première lettre, le président de la FNSEA, Xavier Beulin, écrit au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, pour lui réclamer de « passer à l'action » contre les « nouvelles formes de pillages organisés dans les campagnes ».

Ces vols « concernent les biens des agriculteurs au premier chef mais aussi l'ensemble des ruraux », indique Xavier Beulin dans sa lettre. Saluant les réunions et prises de contact entre les agriculteurs et les autorités de gendarmerie, le président de la FNSEA constate cependant que « les rondes de prévention se font de plus en plus rares » et qu'un « certain nombre d'enquêtes n'aboutissent pas ».

« Monsieur le ministre, il est temps de passer à l'action. Il y a urgence », prévient-il, en signalant que « pas une semaine ne se passe sans de nouveaux vols plus ou moins spectaculaires ».

C'est la deuxième fois depuis septembre que la FNSEA en appelle au ministre de l'Intérieur pour lui demander de renforcer la surveillance des exploitations et les moyens d'enquête face à des réseaux et des « systèmes organisés ».

« Le cas échéant, nous allons inscrire dans le temps le fait que les zones rurales sont ouvertes à tous les vents et soumises au bon vouloir de groupes d'individus extrêmement structurés », estime M. Beulin.

Selon l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), les vols sur des exploitations agricoles ont augmenté de près de 60 % entre 2007 et 2012 et même de 90 % dans le Languedoc-Roussillon, en Franche-Comté et en Haute-Normandie.

A télécharger :