Un débat sur la future réglementation européenne sur les phytosanitaires a eu lieu mercredi lors du Conseil des ministres de l'Agriculture. La délégation néerlandaise, s'exprimant également au nom des délégations irlandaise et anglaise, a ainsi demandé de «s'en tenir, lors des négociations en deuxième lecture, à la position commune transmise par le Conseil au Parlement européen le 22 septembre». «Le Conseil en a pris note», indique le compte-rendu.

Ces délégations craignent que l'adoption de critères trop stricts pour l'approbation des substances actives ait des conséquences négatives sur l'agriculture européenne.

Le Conseil a également noté le soutien apporté par les délégations allemande, autrichienne, belge, espagnole, estonienne, italienne, grecque, hongroise, lettone, luxembourgeoise, portugaise, roumaine et tchèque à la demande néerlandaise et les encouragements transmis la présidence pour la recherche d'un accord en deuxième lecture équilibré.

Le commissaire Vassiliou a remercié le Conseil pour les efforts ayant permis d'adopter la position commune et a rappelé que l'étude d'impact qui accompagnait sa proposition initiale, dont la protection de la santé des consommateurs reste la première préoccupation, ne mettait pas en évidence un effet aussi négatif sur l'agriculture européenne.

I.E.