Alors que Générations futures a contesté jeudi le repli de la consommation de produits phytosanitaires, le ministère de l'Agriculture a refait le point sur les méthodes d'évaluation de l'utilisation des produits phytosanitaires.

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, avait en effet annoncé le 9 décembre dernier, une chute substantielle de l'usage des pesticides entre 2011 et 2012 de 5,7 %.

Le ministère rappelle que le Nodu, ou nombre de doses-unités, a été construit en 2008 afin de permettre un suivi efficace de l'intensité du recours aux produits phytosanitaires.

Un calcul qui procède de plusieurs étapes : entre le 1er janvier et le 31 mars, les distributeurs de produits déclarent leurs ventes pour l'année précédente à l'Agence de l'eau. Entre le 1er avril et le 30 juin, les données sont traitées par l'Agence de l'eau et l'Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques) en constitue une base de données.

Enfin, au 30 juin, les services du ministère de l'Agriculture récupèrent ces données de vente pour effectuer le calcul du Nodu. Ce dernier est ensuite déterminé entre le 1er juillet et le 31 août.

Le Nodu 2012 sera, comme ceux des années précédentes, revérifié. « Les valeurs ont été recalculées en 2012 et 2013, ce qui a permis de confirmer la validité de la méthode utilisée, et notamment le fait d'utiliser une extraction au 30 juin de l'année “n” pour calculer le Nodu de l'année “n-1” », appuie le ministère.

« Les estimations de l'augmentation de la redevance pour pollutions diffuses (RPD) de 2012, par rapport à 2011, portées à notre connaissance au début de décembre 2013 ne remettaient pas en cause la validité du Nodu 2012 », ajoute le ministère. Cette redevance n'est en effet perçue que sur certains produits phytosanitaires, qui contiennent des substances classées comme dangereuses pour l'homme et pour l'environnement, et non pas sur l'ensemble.

Accédez au point du ministère sur les méthodes d'évaluation de l'utilisation des produits phytosanitaires.