Assurant que le CIVB a engagé depuis plusieurs années une réflexion pour diminuer les traitements phytosanitaires, Bernard Farges, son président, a estimé que la « filière des vins de Bordeaux dans son intégralité a les mêmes attentes que les associations qui nous interpellent. Oui, la filière des vins de Bordeaux a pour objectif la diminution forte, voire la sortie de l’usage de pesticides ».

« Nous avons un objectif commun avec nombre d’associations nous interpellant sur le sujet, a-t-il assuré lors de l’assemblée générale du CIVB à Bordeaux. Notre chemin pour y arriver peut être différent de celui réclamé par ces associations. Toutefois, l’objectif est commun. Cet objectif ne sera pas atteint en opposant les modèles, qu’ils soient conventionnels, certifiés, bio, biodynamie. Les solutions seront diverses et complémentaires. »

« Cet objectif, la diminution forte, voire la sortie des pesticides, ne sera pas atteint en quelques semaines, ni avec des mesures simplistes, mais bien avec des choix, des engagements, des investissements à court terme, à moyen terme, à long terme, de l’ensemble de la filière. » Il a notamment appelé les membres de la filière à être, « à court terme, exemplaires sur nos comportements près des lieux de vie ».

AFP