Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La FNSEA demande un moratoire sur les ZNT

réservé aux abonnés

Phytos - La FNSEA demande un moratoire sur les ZNT
© Claudius Thiriet

Le syndicat demande que l’application de l’arrêté sur les zones non traitées soit repoussée à la prochaine période culturale. Il prévient qu’il lancera des actions fortes dans les prochaines semaines s’il n’obtient pas de réponses du gouvernement avant le 14 janvier.

Dans un communiqué de presse paru le 9 janvier 2020, la FNSEA demande au gouvernement de revenir sur ses décisions concernant les ZNT (zones non traitées). Et « en l’état actuel des choses, nous exigeons qu’un moratoire soit pris et que l’application de l’arrêté soit repoussée au moins à la prochaine période culturale ».

« Ce délai permettra de poursuivre le travail sur les chartes de bon voisinage qui portent la voie de la raison, du dialogue et du bien-vivre-ensemble dans les territoires, précise la FNSEA. Il permettra aussi et surtout au gouvernement de clarifier certaines zones d’ombre de l’arrêté et de disposer de l’avis de l’Anses pour compléter les moyens reconnus de réduction de la dérive. » Et d’insister : « La profession agricole est aujourd’hui dans l’incapacité d’appliquer le texte sans ces éléments ! »

Déclaration des ZNT en SIE, jachères, prairies ou MAEC

Le syndicat majoritaire demande par ailleurs que « les aménageurs privés ou publics incluent d’ores et déjà de telles zones de transition dans l’emprise de leurs futurs projets » d’urbanisme. Et réclame enfin « une prise en charge économique du manque à gagner pour les agriculteurs impactés et la possibilité de déclarer les zones non traitées en SIE, jachères, prairies ou MAEC. »

« Actions fortes dans les prochaines semaines »

Refusant de « voir s’appliquer une réglementation imprécise, incohérente, en défiance de la science, en méconnaissance des réalités agronomiques et surtout dans une urgence injustifiée », la FNSEA prévient qu’elle lancera des « actions fortes dans les prochaines semaines » si elle n’obtient pas de réponses à ses revendications avant le 14 janvier, date de sa conférence de presse de présentation de ses vœux.

I. Escoffier

Les ETA demandent des garanties sur les ZNT

« Aucune garantie n’est aujourd’hui apportée aux professionnels de l’application de produits phytosanitaires sur le respect de leur activité et de leur intégrité dans le décret et l’arrêté du 27 décembre 2019 sur les zones de non-traitement », regrette Jean-Marc Moumin, vice-président de la commission de l’agriculture et de l’environnement à la FNEDT (Fédération nationale des entrepreneurs des territoires).

Dans un communiqué paru le 9 janvier, les applicateurs de produits phyto demandent ainsi que cette garantie soit intégrée dans les chartes départementales d’encadrement des usages et des distances d’application.

« Si la soumission à l’opinion est à l’œuvre en France, force est de constater que certains pays européens ont pourtant arbitré et légiféré différemment sur ce sujet », constate Jean-Marc Moumin. « En Allemagne, en Wallonie, en Italie, des distances à respecter sont appliquées le long des zones résidentielles, écoles, crèches, etc. sauf si le lieu n’est pas occupé au moment de l’application. En France, l’interdiction est générale. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !