Générations futures et Pesticide Action Network (PAN) réclament l'annulation des « homologations non conformes aux exigences de la directive de 1991 ».

Les deux ONG (organisations non gouvernementales) affirment en effet, dans un rapport publié le mardi 3 avril 2012, que « l'industrie des produits phytosanitaires a obtenu depuis quatre ans une seconde chance d'homologation pour les pesticides comportant pourtant des lacunes dans les données ou présentant des dangers avérés et qui auraient dû être retirés ».

Selon Générations futures, les industriels auraient largement fait usage de la nouvelle réglementation en déposant pas moins de 87 dossiers de « ré-homologation » et, au final, 64 ont été homologués à ce jour.

Si la Commission européenne a confirmé l'existence d'une procédure de resoumission qui permet à une société phytosanitaire de soumettre un nouveau dossier pour une substance qui n'aurait pas été approuvée, elle rejette les accusations des ONG.