Les réactions continuent d'affluer à la suite de l'intention du ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, d'interdire le traitement de semences insecticide Cruiser OSR, utilisé sur colza.

L'Union française des semenciers précise dans un communiqué paru mardi que « les entreprises semencières ne comprendraient pas qu'une telle mesure puisse être prise alors que ce produit a été homologué en 2011, et que l'Anses, dans son dernier avis, ne remet pas en cause les conclusions de l'évaluation des risques ». A court terme, l'industrie semencière est « très préoccupée de l'incidence d'une telle décision sur les stocks de semences déjà traitées. L'impossibilité de mettre ceux-ci sur le marché aurait des conséquences difficiles à supporter pour certaines des sociétés concernées. ».

A l'inverse, la Confédération paysanne « accueille favorablement l'annonce faite par le ministre ». « Cependant, au-delà du seul Cruiser OSR, tous les produits à base de néonicotinoïdes doivent être interdits », estime le syndicat agricole dans un communiqué paru le même jour. La Confédération paysanne demande donc que « le nouveau ministre de l'Agriculture fasse preuve de courage et prenne exemple sur son collègue italien qui les a interdits depuis 4 ans, avec des résultats probants : la mortalité des ruches est passée de 37 à 14 % et la production de maïs n'a pas diminué. »

Lire également :

I.E.