Les agriculteurs sont venus des quatre coins du pays, les files de tracteurs entraînant la formation de quelque 1 000 kilomètres d’embouteillages sur les routes néerlandaises, du jamais vu selon les chiffres officiels.

Pour éviter les embouteillages créés par les collègues, une partie du convoi est même passée par la plage du quartier balnéaire de Scheveningen avant de se garer sur une pelouse au centre de La Haye, capitale politique du pays. La police leur bloquait l’accès aux rues adjacentes menant au Parlement.

Vers une réduction drastique des troupeaux

Les agriculteurs manifestaient à la suite de la publication récente d’un rapport commandité par le gouvernement qui préconise notamment une réduction draconienne des troupeaux, de vaches laitières en particulier, pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

« Nous avons le sentiment que toutes les mesures climatiques, donc tout ce que nous devons faire pour améliorer le climat repose sur nos épaules. Et cela nous agace », fustige Sander Pereboom, agriculteur de 37 ans.

« Nous voulons faire quelque chose pour le climat […] et nous voulons le faire ensemble, avec tout le monde aux Pays-Bas. Il n’y a pas que les agriculteurs qui doivent payer ce prix », a-t-il poursuivi auprès de l’AFP.

« La police ne parvient pas à arrêter les agriculteurs qui roulent sur les bas-côtés », se félicite un compte Twitter se revendiquant des gilets jaunes néerlandais.

Une mobilisation appuyée par les syndicats

Dans un communiqué, la LTO, la principale organisation agricole du pays, explique que des organisations provinciales, LLTB (Limburg), ZLTO (Zélande-Nord Brabant) et LTO Noord (Hollande du Nord) ont aidé les agriculteurs « qui voulaient se déplacer à La Haye, ou qui souhaitaient organiser des événements sur leurs exploitations ».

« Je suis content d’être dans les embouteillages pour ça. Nous pouvons remplacer un gouvernement, mais pas les agriculteurs ! » Le soutien d’un automobiliste immobilisé aux producteurs.

Marc Calon, directeur de LTO Pays-Bas, s’est dit « fier » du signal lancé par ces manifestations. « Le secteur agricole resserre les rangs, et la société néerlandaise nous soutient. Mes compliments aux organisateurs. Les politiques ne peuvent plus nous ignorer », a-t-il assuré.

Preuve de cette visibilité, le parlementaire Maurits Von Martels (CDA – Chrétiens démocrates), a salué sur son compte Twitter officiel, photos à l’appui, « l’exemplarité » de l’organisation de la manifestation.

Agriculteurs pollueurs

Les Pays-Bas, dont environ un tiers de la surface se trouve en dessous du niveau de la mer, sont particulièrement vulnérables aux conséquences du réchauffement climatique.

Nous sommes toujours présentés sous un mauvais jour en tant que pollueurs des Pays-Bas. Alors que dans notre secteur, nous faisons déjà de notre mieux pour réduire les émissions de CO2.Ellen Heemskerk, agricultrice de 50 ans.

« Je veux que les agriculteurs qui veulent rester agriculteurs, et qui veulent transmettre leur exploitation à leurs enfants, puissent continuer à le faire. Nous allons vous aider pour vous préparer à l’avenir, a déclaré la ministre de l’Agriculture, Carola Schouten, venue s’exprimer devant les manifestants.

Ivan Logvenoff & Stéphane Maillard avec l’AFP