Alors que les discussions sur le budget de l'Union européenne et la Pac après 2013 débutent, la France et la Grande-Bretagne souhaitent « se parler », « se comprendre et proposer des solutions communes », a assuré Nicolas Sarkozy, mardi, à Londres, lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre britannique, David Cameron, à la suite au 31e sommet franco-britannique, consacré essentiellement à des questions de sécurité et de défense.

« On s'est mis d'accord sur une chose. C'est de parler des problèmes pour trouver des solutions ensemble et vous les présentez ensemble », a souligné le président de la République française, répondant à une question d'un journaliste.

« Je sais parfaitement que la politique agricole commune n'est pas l'élément le plus populaire en Grande-Bretagne. Je vais vous faire une confidence. Le chèque britannique n'est pas l'élément qui pousse spontanément le peuple français vers l'Angleterre », a reconnu Nicolas Sarkozy.

« Raison de plus pour qu'on en parle, en alliés, en amis, en personnes responsables. Je vois bien les lignes rouges de M. Cameron. Il voit bien les lignes rouges du gouvernement français », a-t-il ajouté.

Lire également: