L'AGPB (Association générale des producteurs de blé) « s'associe aux protestations et revendications exprimées par le Syndicat des riziculteurs de France et les filières lors de la manifestation du 12 mars 2014 dans la ville d'Arles », indique-t-elle jeudi dans un communiqué.

Mercredi, environ 400 agriculteurs, selon les organisateurs, majoritairement des riziculteurs de Camargue, 300 selon la police, ont manifesté à Arles pour protester contre la réforme de la Pac.

« L'absence de prise en compte véritable de la spécificité de la production camarguaise de riz dans les choix actuels du ministère de l'Agriculture pour la déclinaison de la réforme de la Pac est intenable », explique l'AGPB. « Le ministre doit réviser ses positions pour éviter l'effondrement des exploitations rizicoles et des activités qu'elles alimentent. C'est également l'avenir d'un système écologique et d'un équilibre territorial uniques qui se joue », poursuit-elle.

Le Syndicat des riziculteurs de France indiquait lundi dans un communiqué que dans les choix pour la part française de la Pac 2015-2020, « le riz de Camargue est contesté, humilié et son avenir est suspendu à une hypothétique MAE (mesure agroenvironnementale) qui va poser plus de problèmes qu'elle ne va en résoudre. Une “usine à gaz” de plus ! Alors que François Hollande prône la simplification... »

Mercredi, la FNSEA a apporté son soutien aux riziculteurs indiquant dans un communiqué que « faisant suite à la réforme de la Pac, le ministère de l'Agriculture fait un choix : celui de remettre en cause l'activité de nombreux agriculteurs et éleveurs de Camargue, et avec elle les très nombreux emplois attachés à leurs activités. C'est une nouvelle atteinte à la diversité de nos territoires et de nos productions. C'est remettre en cause la spécificité environnementale de cette région, reconnue à travers le monde ».