Malgré l'absence de nombreux ministres et en particulier le français et l'allemand, au conseil agricole informel le 6 mai 2015 à Athènes, le commissaire européen Dacian Ciolos a rappelé qu'il veillait à la bonne mise en oeuvre de la Pac dans chaque Etat membre. Chacun doit soumettre ses choix concernant la répartition des aides directes (couplées et découplées) d'ici au 1er août 2014.

« Afin d'aider et de stimuler le processus, j'ai demandé à la présidence grecque d'organiser une réunion d'information, par exemple à l'occasion du conseil de juin, pour voir comment les Etats membres utilisent la flexibilité qui leur est offerte », a-t-il déclaré en marge de cette réunion consacrée à la valeur ajoutée de la diversité de l'agriculture européenne.

Dacian Ciolos n'a souhaité faire aucun commentaire concernant la possibilité pour les producteurs de maïs d'utiliser le mulching comme mesure équivalente pour les surfaces d'intérêt écologique (SIE). Mais il a rappelé un principe : « Si le verdissement stimule l'innovation concernant l'amélioration des pratiques agricoles, alors oui nous devons les prendre en compte et la Commission a le droit, à travers les actes délégués de faire ces changements. »

Après les élections au Parlement européen, un nouvel acte délégué sera publié de façon à ajuster le coefficient pour calculer la prise en compte des cultures fixatrices d'azote dans les SIE de 0,3 à 0,7.

C'est ce qui a été négocié avec les actuels eurodéputés. Mais Dacian Ciolos veut rassurer les futurs élus. S'ils ne sont pas d'accord, on restera à 0,7.

Arielle Delest