La Coordination rurale (CR) « découvre avec étonnement l'initiative de démocratie participative du Parlement européen (PE) qui, à l'image de la Commission de Dacian Ciolos en 2010, se lance à son tour, via internet, dans un questionnement du public sur le choix de la future politique agricole ».

« Avec une légèreté surprenante, le PE a rédigé, à destination des citoyens de l'UE, un questionnaire à choix multiples (QCM) nécessitant “5 à 10 minutes” pour y répondre, la page d'accueil précisant d'emblée qu'il n'y a “pas besoin de connaître les tenants et aboutissants de la politique agricole commune de l'Union pour répondre aux questions suivantes, qui sont d'ordre général”. La communication du PE pour inciter à répondre se conclut d'ailleurs ainsi : “à vous de jouer” », déplore le syndicat dans un communiqué du 27 août 2012.

« La CR ressent cette démarche comme un aveu d'apesanteur du PE face aux réalités que vivent ses électeurs. Comment peut-on affirmer en préambule que « la Pac a rempli ses objectifs en garantissant la sécurité des approvisionnements alimentaires » alors que se précise une crise alimentaire aiguë, que les producteurs de viande de l'UE et leurs animaux sont à la merci d'une pénurie de protéines, que globalement l'UE a besoin d'importer une partie de son alimentation équivalente en superficie à celle de la SAU française ? »

« Si l'agriculture est bien un secteur stratégique, si les traités de Rome puis de Lisbonne qui donnent leur légitimité au PE sont appliqués dans leur intégralité, alors ce n'est pas aux quelques organisations ou citoyens, influents parce que présents sur le web, de “jouer”, mais  aux ministres, députés et aux commissaires de faire leur travail en concevant une politique agricole européenne souveraine. Sa mission fondamentale de sécurité alimentaire, de justice sociale et de stabilité économique est tracée et inscrite dans les traités », conclut le communiqué.