La Confédération paysanne se mobilise pour la Pac et va se joindre aux caravanes européennes « Good Food, Good Farming » convergeant le 19 septembre à Bruxelles, indique-t-elle lundi dans un communiqué. Elle « portera haut et fort ses revendications pour une nouvelle politique agricole commune basée sur la souveraineté alimentaire. La première revendication que nous porterons : l'emploi agricole ».

La revendication première de la Confédération paysanne est « la promotion et l'amélioration de l'emploi, avec l'objectif d'atteindre 1 million de paysans ». « Pour maintenir des fermes nombreuses ainsi qu'une activité agricole diversifiée sur les territoires, la Pac doit privilégier une répartition plus juste et plus légitime des aides, basées, non pas sur les hectares, mais sur les actifs ».

Cette redistribution des aides passe par :

- « une convergence nationale pour un rééquilibrage et une meilleure équité des aides »,

- « une dégressivité forte et volontariste des aides par actif, avec des seuils définis au niveau de chaque Etat (en France, une dégressivité à partir de 25.000 € du total des aides sur le premier pilier et un plafonnement à 45.000 €) »,

- « une aide spécifique et significative aux petites fermes, définie au niveau de chaque Etat, reconnaissant leur rôle central dans l'économie des territoires et la multifonctionnalité de l'agriculture (en France, aide de 5.000 € pour le premier actif et 2.500 € pour le deuxième actif) sans exclusion des aides Pac ».

La Confédération paysanne revendique « la mise en place d'une “conditionnalité sociale” permettant une harmonisation, par le haut, des différentes réglementations du travail en Europe ».