Coop de France s'étonne, jeudi dans un communiqué, du degré de détail qu'à ce stade, le projet de réforme de la Pac après 2013 peut contenir concernant les DPU alors que les propositions en matière de gestion des risques et d'organisation de marché restent très imprécises.

Coop de France craint que ces imprécisions ouvrent une phase de marchandage et non de construction. Déjà, elle redoute que malgré l'introduction d'un ensemble d'outils de gestion des risques et des crises, ils soient inefficaces en raison de la poursuite de l'affaiblissement des politiques d'organisation de marché. « La dérégulation en marche au sein de la Pac depuis deux décennies a déjà montré ses effets négatifs », souligne Coop de France.

A la lecture du projet de la Commission, Coop de France s'interroge sur la capacité de cette nouvelle Pac à relever le défi alimentaire mondial et à renforcer la compétitivité de son agriculture et de ses entreprises agroalimentaires.

Coop de France va, dans les prochaines semaines, interpeller les candidats aux élections présidentielles « pour qu'en 2012, la France poursuive son ambition de redonner un souffle à l'Europe et à sa politique agricole ».

Lire également :