Le ministère de l’Agriculture a revu l’instruction technique sur la surveillance de la brucellose ovine et caprine. Les producteurs de lait cru ne sont plus systématiquement considérés comme à risque particulier de brucellose. Ils pourront à ce titre être soumis aux mêmes conditions de dépistage que les autres troupeaux de leur département.

Cette décision s’appuie sur l’avis de l’Anses relatif à la surveillance de la brucellose chez les petits ruminants du 1er février 2016. Ce dernier stipule notamment que « la production de lait cru ne constitue pas un risque sanitaire particulier vis-à-vis de la brucellose animale » et que l’obligation actuelle pour les producteurs de lait cru de se soumettre systématiquement à un dépistage sérologique renforcé ne se justifie pas, sauf pour les cheptels qui apparaissent comme des élevages à risque.

Un second avis de l’Anses proposera des indicateurs permettant de déterminer les troupeaux jugés « à risque ».

Votre analyse du marché - Ovins

Bon commerce

Les ventes de viande ovine vont bon train dans les GMS et les boucheries en raison d’une météo favorable aux grillades prévue pour le long week-end de la Pentecôte.