Le Grenelle de la chasse a accouché aux forceps le 26 juillet d'un accord sur les dates d'ouverture de la chasse aux oiseaux d'eau. Celles-ci sont avancées du 30 au 21 août pour les canards de surface et les limicoles.

«Une avancée a minima qu'il faut payer à prix d'or », dénoncent les chasseurs de gibier d'eau (ANCGE). Canards plongeurs, chipeau et rallidés n'ouvriront pas avant le 15 septembre. Pour le vanneau, le 15 octobre a été retenu. En outre, courlis cendré, barge à queue noire et eider à duvet ne seront plus chassables pendant cinq ans, tandis que la martre et la belette ne devraient plus pouvoir être piégées car elles ne devraient plus être classées «nuisibles ». «Autant de mesures qui ont été prises pour tenter de diviser les chasseurs», regrette l'ANCGE.

Concernant la gestion des espèces, la chasse de 24 espèces d'oiseaux d'eau est ouverte sur les zones humides hors littoral dès le 1er jour de la troisième décade d'août, plutôt qu'à la fin août. Un moratoire de cinq ans sur la barge à queue noire, le courlis cendré et l'eider à duvet, en mauvais état de conservation, est mis en place pour le territoire métropolitain.

Quatre espèces de limicoles, le courlis corlieu, la barge rousse, le bécausseau maubèche et le chevalier gambette feront l'objet d'un suivi attentif, pouvant conduire si nécessaire à la suspension temporaire des prélèvements.

Un groupe de suivi sera présidé par Jérôme Bignon, député de la Somme, en 2008 et 2009. Il assurera le suivi de la mise en oeuvre de cet accord et élaborera des solutions pour les questions restées en suspens, comme celles des dates de fermeture, des dégâts de gibier et de l'économie de la chasse.