Conséquence d'une pluviométrie abondante, des orges d'hiver ne sont toujours pas semées. Selon Arvalis, si un retard d'un mois pour le semis se traduit par un décalage d'une semaine seulement à l'épiaison, le risque principal tient au gel précoce.

L'orge est assez sensible au froid jusqu'à début du tallage et peut disparaître sous -8 °C. Si la façade atlantique est peu exposée, le risque s'accentue en allant vers le centre et l'est du pays.

Des références de semis tardifs montrent des pertes possibles de 10 à 15 q/ha, et parfois plus si la parcelle cumule les problèmes (hydromorphie).

Une majoration de la densité de 30 grains/m2 compense une partie des pertes probables.