Avoir un couvert implanté dès le jour de la moisson, tel est l’objectif de Philippe Chupin, agriculteur en Vendée. Cet adepte de l’agriculture de conservation des sols cherche à avoir des sols couverts le plus longtemps possible. « Le problème c’est qu’à la moisson, on a une surcharge de travail et le couvert est souvent implanté au bout d’une semaine, explique-t-il. Et comme le blé est fauché...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !