Au total, 16 000 tonnes d’aliments et 33 millions de litres de boissons ont été retirés du marché, a annoncé Interpol, vendredi 21 juin. 672 personnes ont été arrêtées entre décembre 2018 et le mois d’avril dans le cadre de cette opération.

Les inspecteurs ont notamment mis la main sur des paquets de fromage et poulets dont la date d’expiration a été falsifiée, sur des boissons contenant des produits dangereux ou encore des lots de viande stockés dans des conditions sanitaires illégales, précise Interpol dans un communiqué.

Les autorités biélorusses ont confisqué plus de 60 tonnes de pommes transportées avec des documents falsifiés.

Du faux bio...

Au Zimbabwe ont été saisis près de 14 000 litres de boissons non-alcoolisées contenant des taux élevés du principe actif d’un médicament contre les troubles de l’érection, mettant certains consommateurs potentiellement en danger de mort. En Erythrée, un réseau écoulant du faux miel a été démantelé et dans plusieurs pays, de nombreux produits vendus comme bio mais ne répondant pas aux standards légaux ont été saisis.

Pour la première fois, les opérations de cette année ont également porté sur les produits alimentaires biologiques et la tendance croissante des produits non conformes aux normes biologiques nationales ou régionales prétendant faussement être biologiques pour pouvoir être vendus à des prix plus élevés. « Cette opération montre encore une fois que les criminels vont tirer parti de toutes les opportunités qui leur sont offertes pour réaliser des bénéfices. Le volume des saisies confirme que la fraude alimentaire touche tous les types de produits et toutes les régions du monde », a déclaré Jari Liukku, responsable du centre européen de lutte contre la criminalité organisée et les crimes graves d’Europol.

Comme lors de précédentes opérations du même type, l’alcool de contrebande a une fois de plus constitué la plus grande part des saisies. En Russie, une usine clandestine de vodka a été fermée et 4 200 litres d’alcool frelaté ont été saisis.

L’opération a également permis d’interrompre le commerce d’autres produits frelatés ou contrefaits, tels que des produits de beauté, du savon, du dentifrice, des médicaments et matériel médical, des vêtements, montres et lunettes de soleil, d’une valeur totale de 6,1 millions de dollars (5,35 millions d’euros).

« Cette opération démontre une fois de plus que les criminels profiteront de toutes les opportunités pour faire du profit. Le volume des saisies confirme que les fraudes alimentaires concernent toutes sortes de produits dans toutes les régions du globe », a commenté Jari Liukku, chef du centre européen pour le crime organisé au sein d’Europol.

Avec l’AFP