« L’opération des feux de détresse est destinée à mettre en lumière les attaques de loups, explique Pierre-Yves Bonnivard, le président de l’Usapr. Une centaine en France, 15 en Allemagne, 15 en Suisse et 4 en Italie sont pour l’instant connues. » L’opération, coordonnée par l’association à la suite des rencontres du col du Glandon (Savoie) qui se sont déroulées le mois dernier, a rassemblé l’ensemble des acteurs des territoires ruraux, élus, chasseurs, éleveurs, syndicats… un peu partout en Europe.

Les feux ont pris la forme de lumière là où il pouvait y avoir des risques d’incendie. L’arc alpin s’est le plus mobilisé. Le Massif central, l’est et deux communes de l’ouest de la France, non officiellement concernées par les attaques du prédateur, ont aussi allumé des feux.

« Un retour en arrière dramatique »

« Nous étions plus d’une centaine au col du Glandon vendredi », décrit Pierre-Yves Bonnivard, qui se désole des propositions du gouvernement au sujet du nouveau plan 2018-2023. « C’est un retour en arrière dramatique, déclare-t-il. La politique de gestion avec des quotas ne prend pas en compte les réalités du terrain. Il faut avant tout éliminer les animaux qui posent des problèmes, et si c’est une meute il faut pouvoir la prélever entièrement. »

De gauche à droite : Émilie Bonnivard, députée de Savoie, Jacqueline Dupenloup, maire de Saint-Alban-des-Villards, et Pierre-Ybes Bonnivard, maire de Saint-Colombans-des-Villards et président de l’Usapr. © C. Davoine

« Un plan déconnecté de la réalité du terrain »

Les élus ne font pas partie des réunions d’information organisées par les services de l’État pour l’élaboration du plan. « J’ai l’impression qu’il y a une volonté délibérée pour que nous, acteurs du terrain, nous ne participions pas aux débats, ajoute-t-il. Ce nouveau plan est complètement déconnecté des réalités du terrain. » Les attaques continuent d’augmenter en Savoie. La semaine dernière, un éleveur a perdu trois génisses tarines prêtes à vêler, selon l’élu, qui compte poursuivre le combat contre les dégâts de la prédation.

M.-F. M.

(1) Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales.