Le président de la République Nicolas Sarkozy a jugé «invraisemblable», jeudi soir, de vouloir continuer à négocier un accord sur la libéralisation du commerce mondial à l'OMC, après le «non» irlandais au traité de Lisbonne.

«La question de l'OMC a été une question clairement évoquée dans le débat irlandais», a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse au terme du premier jour du sommet européen à Bruxelles.

«Si on veut accroître la crise irlandaise, il n'y a qu'à en remettre une couche là-dessus et continuer sur un accord complètement déséquilibré à l'OMC», a-t-il ajouté.

Parmi les raisons qui ont conduit les Irlandais à voter «non» au référendum sur le traité de Lisbonne figure notamment la crainte des agriculteurs qu'un accord à l'OMC, tel que négocié actuellement, ne menace l'élevage bovin et la production laitière du pays.

«Il serait totalement invraisemblable qu'on continue à vouloir négocier un accord où nous n'avons obtenu rien sur les services, rien sur l'industrie (...) et qui conduirait à une baisse de 20% de la production agricole, dans un monde où il y a 800 millions de personnes qui meurent de faim», a jugé le chef de l'Etat.

«Franchement, il y a une seule personne qui est de cet avis, c'est (le commissaire européen au Commerce) Peter Mandelson, et ce n'est pas la position de la France», a-t-il poursuivi. «Je le dis de la façon la plus claire, pour nous, sur ces bases-là, c'est non.»