Les présidents des comités de négociation sur l'agriculture, Crawford Falconer, et sur l'ouverture des marchés industriels, Don Stephenson, ont dévoilé, vendredi, au siège de l'OMC à Genève, leurs textes révisés sur les modalités des négociations.

Ces textes reflètent les progrès intervenus lors des négociations menées par les pays membres depuis juillet 2007, date de la publication de la version précédente de ces textes.

La distribution des projets de textes révisés devrait être suivie d'une nouvelle série de discussions au sein des comités de négociation.

Ensuite, les pays membres ont l'intention de passer à une nouvelle phase durant laquelle l'agriculture, l'accès aux marchés pour les produits industriels et d'autres domaines du cycle de Doha pourront être négociés de manière comparative, explique l'OMC.

L'accès aux marchés pour les produits agricoles est un des principaux enjeux pour l'Union européenne.

Le texte prévoit une formule de réduction de droits de douane, pour les pays développés, qui irait de 48-52% (à préciser lors des négociations) pour les tarifs les plus faibles à 66-73% pour les plus élevés. Une baisse moyenne des droits de douane de 54% serait exigée.

Chaque pays membre pourra désigner des produits sensibles qui seront soumis à une moindre réduction des droits de douane. En règle générale, le nombre de ces produits sera limité entre 4 et 6% du nombre de lignes tarifaires.

Des quotas d'importation devront être mis en place pour chaque produit sensible.

Le texte prévoit également de réduire la portée de la clause spéciale de sauvegarde, voire de la supprimer.

P.C.