La sénatrice Chantal Jouanno, ancienne secrétaire d'Etat à l'Ecologie du gouvernement Fillon, a appelé jeudi à la prudence sur le maïs OGM de Monsanto NK603 et à réviser les études ayant permis sa commercialisation, comme l'ont déjà fait d'autres anciennes ministres de l'environnement.

Chantal Jouanno indique dans un communiqué rejoindre « l'appel de Royal, Lepage, Voynet et NKM pour une réévaluation des OGM selon de nouveaux protocoles d'expertise ».

La sénatrice estime que même si les autorités sanitaires ont « remis en cause la fiabilité » de l'étude du Pr Gilles-Eric Séralini, « les attaques disproportionnées dont elle a fait l'objet sont le signe qu'elle a mis le doigt sur un problème de fond ».

« Il est urgent d'appliquer un vrai principe de prudence concernant ces OGM et le désherbant Roundup » et de « réviser les études qui ont permis l'autorisation de mise sur le marché du maïs NK603 », poursuit Chantal Jouanno.

Fin octobre, trois anciennes ministres de l'Environnement - Ségolène Royal, Dominique Voynet et Corinne Lepage - avaient appelé à une révision des études ayant permis la commercialisation de ce maïs OGM. Elles avaient été rejointes quelques jours plus tard par Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie entre 2010 et 2012.